Le Panchakarma : guérison et régénération

Panchakarma

Panchakarma

Le Panchakarma, du sanskrit pancha (cinq) et Karma (action), est un processus de purification et de réjuvénationen cinq étapes utilisé dans l’Ayurvéda, la médecine traditionnelle indienne. Selon l’Ayurvéda, c’est le moyen le plus efficace de prévenir la maladie et de ralentir le processus de vieillissement. Parmi les plus éminents spécialistes en thérapies du Panchakarma, le Dr Anup Thakar, MD (ayu.), de l’Université Ayurvédique du Gujarat, est reconnu comme l’un des rares experts dans l’application clinique du Panchakarma. Rencontre et explications.

 

1 . Docteur, pourriez-vous nous expliquer brièvement ce qu’est le Panchakarma et quels sont ces bénéfices ?

Le Panchakarma est un processus de nettoyage du corps qui se fait sans endommager les tissus. En d’autres termes, il s’agit d’une purification du corps, en éliminant les substances toxiques et les déchets qui encombrent l’organisme. Ce traitement comprend 5 actions ou karmas :

–          Vamana (thérapie par vomissements)

–          Virechana (thérapie par Purgation)

–          Basti (thérapie par lavements à base d’huile et de décoction)

–          Nasya (thérapie par administration nasale)

–          et Raktamokshana (thérapie par saignée).

Il faut préciser qu’avant de pratiquer le Panchakarma, le patient est soumis à des procédures de traitement préalables afin de préparer son organisme.

On peut souligner 3 objectifs principaux :

  1. un objectif préventif – vamana au printemps , virechana à l’automne, Basti pendant la saison des pluies
  2. un objectif curatif – vomissements en cas de maladies de la peau, Basti en cas de paralysie ou de désordres neurologiques, purgation en cas de troubles du foie ou des troubles de Pitta.
  3. Enfin le rajeunissement – Rasayana sera plus efficace après Panchakarma

Ses avantages sont également nombreux puisque le Panchakarma supprime radicalement les facteurs morbides de la maladie, (il va agir détoxifier le système digestif ou les voies respiratoires par exemple),  et ce, jusqu’au niveau le plus subtil, comme les cellules, les tissus, les membranes cellulaires. Cette purification permet au système biologique pour revenir à la normalité et à rajeunir spontanément.  Par ailleurs, si le patient doit subir un ou des traitements par la suite, le Panchakarma va alors faciliter ces effets thérapeutiques.

Pour résumer, il faut retenir que le Panchakarma élimine les toxines et les métabolites du corps, nettoie les canaux, et maximise l’absorption des nutriments et des médicaments. Il peut être pratiqué en prévention pour entretenir la santé et promouvoir la longévité, ou en soin complet.

 

Anup Thakar

Anup Thakar

2 . Comment le patient se prépare physiquement et mentalement à recevoir un Panchakarma ?

Avant un Panchakarma il faut limiter la quantité de nourriture prise et privilégier  une alimentation légère et modérée. Nous conseillons la soupe de mung dhal qui va digerer l’Ama present dans le corps (les toxines), tout en soutenant Agni (le feu digestif). Boire de l’eau chaude est également conseillé généralement à cet effet.

Toute alimentation lourde à digérer, froide ou pas fraîchement préparée, est interdite. La suralimentation , le sexe , les soirées tardives , l’excès de travail physique ou mental , l’exposition prolongée au soleil , au vent et au froid, sont également déconseillés pendant et avant le Panchakarma .

 

3. Qui peut administrer un Panchakarma ? Et est ce que, pendant cette période de soin, le patient peut-il continuer à vivre normalement ?

Il ya beaucoup de thérapeutes qui pratiquent le Panchakarma partout dans le monde. Cependant il est préférable de vous adresser à quelqu’un qui a été diplômé en Panchakarma.

Idéalement un Panchakarma devrait être fait à l’hôpital sous la surveillance appropriée d’un médecin.

Le patient peut continuer sa routine quotidienne, en accord avec le médecin et selon le karma qui a été prévu. Il ya quelques Karmas pour lesquels un séjour à l’hôpital doit être prévu, comme vomana (vomissements) ou basti (purgation). D’autres procédures comme Shirodhara, Pichu, Matrabasti , lepam, peuvent être administrées sans perturber la routine du patient.

Comme ce sont les procédures de « nettoyage », le patient peut ressentir de la fatigue. Pour certaines pathologies, certains patients doivent même boire 200 ml de ghee médicalisé au cours du panchakarma. Parfois, des maux de tête et une fatigue légère peuvent se faire ressentir en cas d’oléation interne à forte dose. Mis à part cela, les procédures du Panchakarma en général sont indolores.

 

4 . Il y a-t-il des effets secondaires ? Et après combien de temps peut-on ressentir les bienfaits d’un Panchakarma ?

Non, si la procédure est réussie, il n’y a pas d’effets secondaires. Néanmoins, son succès est dépendant de la qualité du médecin ainsi que la résistance du patient. Il ya une liste de choses à faire et à ne pas faire pendant un Panchakarama qui doivent être suivies strictement. Si le patient ne suit pas les instructions, alors il peut faire face à des problèmes. Mais si la procédure se déroule comme prescrit, alors le patient n’a pas à souffrir.

Quant aux avantages du Panchakarma, ses bienfaits sont de longue durée, jusqu’à un ou deux ans si le patient suit le Pathya-pathaya, les recommandations de ce qu’il faut faire et ne pas faire après le traitement.

 

5 . A quelle fréquence doit être pratiqué un Panchakarma ?

Cela dépend. En général, une personne en bonne santé devrait subir un  Panchakarma, au moins une fois dans l’année. Pour les personnes malades, cela peut varier d’une à deux fois par an pour les maladies de la peau, par exemple. Ou plus, en fonction de la gravité de la maladie.

En cas de paralysie ou troubles neurologiques, le traitement peut être poursuivi au moins pendant 3 mois, et de manière régulière en cas d’obésité .

 

6 . Dans quelles cas de maladies, le Panchakarma est plus fortement conseillé précisément ?  

Le Panchakarma est utilisée en médecine ayurvédique pour traiter presque toutes les maladies, en particulier les maladies :

–          Chroniques

–          Métaboliques

–          Dégénératives

–          Non – infectieuses ou

–          Ou d’origine liée au stress.

Le Panchakarma est pratiqué dans le traitement de :

–          Allergies

–          Asthme

–          Arthrite

–          Cancer

–          Syndrome de fatigue chronique

–          Colite

–          Taux de cholestérol élevé

–          Dépression

–          Diabète

–          Troubles digestifs

–          Maladies du cœur

–          Hypertension

–          Problèmes immunitaires

–          Inflammations chroniques

–          Insomnie

–          Troubles nerveux

–          Obésité

–          Problèmes de peau

–          Ulcères chroniques, etc.

Le Panchakarma peut être utilisé conjointement avec les traitements conventionnels intensifs, y compris lors de chimiothérapie et/ou de chirurgie, afin de favoriser la guérison et le rétablissement.

Il est également recommandé pour les sportifs dans la période de préparation, ainsi que pour la réhabilitation dans les cas de traumatismes psycho -affectif.  C’est un des moyens les plus sûrs et efficaces pour prévenir la maladie et augmenter le bien-être général.

Le Panchakarma est cependant limité dans le traitement des blessures traumatiques, des infections et les affections nécessitant une intervention chirurgicale immédiate.

Afin d’obtenir de meilleurs résultats, sans complications ni effets secondaires, le Panchakarma doit être effectué sous la stricte supervision d’un médecin ayurbédiqu qualifié .

amrut_ayu_care_panchakarma_hospital_treatment room

7 . Le Panchakarma peut-il être pratiqué à n’importe quel âge ? Qu’en est-il des enfants?

Il n’y a pas de restrictions d’âge. Par exemple, en cas de maladies aiguës (comme les patients atteints de paralysie cérébrale), Basti, le massage, nasya  et Shiropichu, peuvent être administrés à partir de 6 mois ou 1 an.

En général, entre 18 et 60 ans, ce sont les critères d’âge pour idéaux pour le Panchakarma . Virechana ou Vamana ne sont pas pratiquées après 60 ans habituellement, mais Basti peut être fait après 80 ans. Pour ce qui est de Shirodhara, Pichu, Matra basti, etc., ils peuvent être administrés à tout âge.

Pour les bébés en bonne santé aussi, le massage quotidien doit être pratiqué avec Balalakshadi taila, Bala ashwagandhadi taila, Dhanwantharam taila, etc.

Il existe plusieurs variétés de procédures pour les bébés. Par exemple :

–          Nasya pour améliorer le QI

–          Shiropichu pour réduire le TDAH

–          Huile de massage pour augmenter le poids

–          Poudre massage à sec pour réduire le poids

Certaines procédures sont très utiles en cas d’autisme, d’asthme, d’infections respiratoires récurrentes, de maladies neuro-musculaires ou de troubles psychologiques chez les enfants.

 

8 . Plus généralement, que représente le Panchakarma dans la culture indienne ?

Le Panchakarma a des racines profondes dans la culture indienne. Il est cité dans la Bhagvatgita, mais aussi dans Rugvda.

Traditionnellement, toutes les familles appliquent le Panchakarma de manière quotidienne. Les massages de la tête avant le bain, l’utilisation Peya (eau de riz) dans l’alimentation, ou encore les purgation, sont des pratiques communes dans de nombreuses régions de l’Inde .

 

9 . Est-ce qu’il y aurait un équivalent au Panchakarma dans les méthodes de soins allopathiques ou dans d’autres types de médecine traditionnelle ?

A ma connaissance, non,  il n’existe pas de thérapie similaire au Panchakarma. C’est une procédure unique de purification et de désintoxication du corps.

–          Le lavage d’estomac a un  effet différent de celui Vamana.

–          La diarrhée n’est pas du tout similaire à Virechana.

–          Le lavement est un concept différent de Basti.

–          Les gouttes nasales ne sont pas aussi efficaces que Nasya.

La conception du Panchakarma est différente, et les effets aussi .

 

10 . Quel est le point de vue de la médecine conventionnelle sur le Panchakarma ?

Tout récemment, des praticiens de la médecine conventionnelle ont commencé à reconsidérer le Panchakarma. Ceci, après tant de longues recherches et évidences cliniques qui ont démontré les résultats indéniables du Panchakarma. De nombreux spécialistes redirigent même certains de leurs patients vers le Panchakarma.

 

Propos recueillis par Armanda Dos Santos 

 

Une réflexion sur “Le Panchakarma : guérison et régénération

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s