Et vous comment digérez-vous ?

spices

 

Ces herbes et épices culinaires peuvent vous aider à maintenir un système digestif sain.

Par James Bailey, L.Ac., MPH

 

Alimentation et la digestion sont des événements essentiels à la vie quotidienne. Il n’est pas étonnant, alors, que d’un système digestif sain est vénéré en Ayurveda comme une pierre angulaire du bien-être et que chaque maladie est considérée comme provenant de la digestion inefficace. L’énergie métabolique feu de la digestion, appelé Agni , nous permet d’assimiler la nourriture tout en débarrassant le corps des déchets et des toxines ( ama ). Il transforme la matière physique dense en des formes plus subtiles d’énergie dont le corps a un besoin vital afin de générer la température interne et de produire un esprit clair.

Il existe de nombreux types d’Agni dans le corps. Dans le système digestif, agni détermine la production d’acide chlorhydrique dans l’estomac (où il est connu comme jathar agni), les acides biliaires dans le foie (bhûta agni), et des enzymes pancréatiques sucre digérer ( kloma agni). Elle régule également la glande thyroïde ( jatru agni) et les transformations métaboliques des tissus ( dhatu agni). Agni se retrouve aussi dans chaque cellule. La voie métabolique d’Agni commence avec la digestion et se termine dans les cellules.

Cela peut paraître complexe mais c’est tout simple: quand agni est faible, il n’y a pas assez de pouvoir digestif pour transformer les aliments en énergie. Sur un plan plus subtil, indriya agni, connu comme la porte de la perception, aide à digérer et transformer les informations en connaissances externes. Ainsi, un agni fort permet un corps et un esprit plus clair et plus vif.

Vous avez besoin d’un agni équilibré qui ne soit ni trop faible, ni trop excessif. La qualité d’agni varie en fonction du dosha de la personne: vata, pitta ou kapha . Pour les types vata et kapha, agni tend à être faible et le système digestif « froid », lent ou irrégulier, ce qui peut entraîner des troubles de malabsorption, de constipation chronique, selles molles, et gaz. Pour les Pittas, le feu d’agni peut devenir excessif et provoquer des brûlures d’estomac, reflux acide, la colite et autres sensations de brûlure.

Un moyen facile de soutenir agni est l’utilisation quotidienne d’herbes et d’épices culinaires, utilisées pour augmenter agni avant et pendant les repas. J’ai appris à ne pas faire la distinction entre les utilisations culinaires et médicinales des herbes et des épices. Dans la cuisine ayurvédique, on estime que, une santé optimale et une longue durée de vie, sont facilitées par une bonne digestion; ainsi moins on a de toxines dans le corps,  plus on a d’énergie.

Une pratique ayurvédique simple consiste à consommer un petit morceau de gingembre frais avec quelques gouttes de jus de citron avant de manger. Cela réveille lentement et progressivement les flammes d’agni, le préparant ainsi à digérer le plat principal. En plus du gingembre, d’autres épices aromatiques aident la digestion comme le poivre noir et le poivre de Cayenne, la cardamome et la réglisse. Elles sont censées rendre les aliments plus digestes en « pré-digérant » l’aliment pendant la « cuisson » dans l’estomac, ce qui rend les nutriments plus faciles à digérer une fois mangés. Ces épices stimulent également la sécrétion de salive et d’enzymes digestives dans l’estomac et les intestins, et moins de travail agni doit faire pour digérer la nourriture, moins on se sentira fatigué après avoir mangé.

Les herbes de cuisine et les épices servent également à empêcher l’apparition de gaz et d’AMA. La nourriture non digérée va provoquer de la fermentation, ce qui va produire du gaz. Les intestins peuvent alors absorber ces gaz, ce qui va rendre le côlon toxique et spastique. Le fenouil est une plante couramment consommé dans les restaurants indiens comme carminatives après les repas pour empêcher le gaz, l’inconfort et la fatigue. À la maison, mâcher une cuillère à café de graines de fenouil, puis cracher la pâte après avoir avalé le jus.

L’Asafoetida est également utilisée dans la cuisine ayurvédique pour remédier à la digestion faible. La sève résineuse de la racine de la plante asafoetida, est une aide digestive puissante capable d’éliminer les obstructions dans le tractus gastro-intestinal. Dans la préparation ayurvédique classique hingavashtak , l’asafoetida est mélangée avec d’autres herbes aromatiques et des épices, afin d’aider à l’assimilation profonde des nutriments. Leur séchage, le réchauffement, réveillent agni et tonifient le système digestif.

 

Traduction: Armanda Dos Santos

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s