Pratiquer le Pranayama de façon approfondie

Pranayama

Pranayama

 

Conseils tirés de «Science du Pranayama» – Swami Sivananda

Publié par 

Namaste!

Pour tous ceux qui pratiquent ou souhaitent pratiquer le Pranayama de façon approfondie: voici un condensé de conseils tirés de « Science du Pranayama »: je les ai résumés en réorganisant et reformulant le contenu.

 

Côte de granit rose - Trégastel (Côtes d'Armor)

Bonnes conditions pour la pratique du Pranayama

  • Swami Sivananda recommande de pratiquer le matin, si cela est possible, après être allé à selle.
  • Nettoyer les narines complètement (Jala Neti, Sutra Neti) avant la pratique.
  • Se lever tôt. Méditer. Faire les Asana. Se reposer ¼ d’heure. Puis commencer le Pranayama de bonne heure. Car le mental est calme et reposé. Il est aussi possible de faire le Pranayama dès le lever, avant la méditation. Cela contribue à la qualité de la méditation… Mais l’emploi du temps dépend des possibilités et des goûts de chacun.
  • Avant le Pranayama, boire de la tisane, un peu de jus de fruit ou de lait [de nos jours, le lait est souvent déconseillé, car il génère du mucus].
  • Pratiquer dans une pièce bien aérée et éviter d’être dérangé. S’asseoir en regardant le nord.
  • Prendre connaissance des recommandations traditionnelles en matière de Pranayama. Puis, découvrir par soi-même, selon sa santé et sa constitution, quel régime alimentaire conviendra le mieux et quel Pranayama particulier aidera plus qu’un autre.
  • La régularité est importante. Mais le Swami conseille de s’arrêter de pratiquer, si l’on est malade. Ne pas s’arrêter au bout de 2 mois, persévérer…
  • Éviter de prendre un bain immédiatement après le Pranayama. Se reposer ½ heure. Attendre au moins 10 minutes avant de manger.

 

La pratique du Pranayama

  • Opter pour une assise stable. Développer l’immobilité du corps, pendant le Pranayama permet de concentrer le mental.
  • Au commencement, compter les temps de l’IN (inspiration), RPP (rétention poumons pleins), EX (expiration) pendant plusieurs jours. Réciter OM en pratiquant ou compter les temps. Certains écoutent les battements de leur cœur. Puis, les proportions viennent d’elles-mêmes lorsque l’on pratique l’IN, la RPP et l’EX aussi longtemps que l’on peut. Quand l’on est plus avancé, il n’est plus besoin de compter, ou d’avoir en tête les unités de mesure. S’installer naturellement dans le bon rythme à force d’habitude. Les poumons indiqueront le moment où le temps s’achève.
  • On peut pratiquer le Pranayama sous sa forme préparatoire dans n’importe quelle posture, assis ou même en marchant. On en retirera toujours des bénéfices.
  • Comprendre les instructions clairement. Si l’on a le moindre doute, demander à un étudiant plus avancé ou à un professeur de montrer l’exercice. Puis le pratiquer. C’est la manière la plus sûre.
  • Un néophyte devrait inspirer sans retenir le souffle. Ceci pendant quelques jours. Il expirera longuement. La proportion entre l’inspiration et l’expiration sera 1 : 2.
  • Inspirer et expirer toujours très lentement, le plus silencieusement possible.
  • Pratiquer Japa (répétition de mantras, du Om, p. ex) est favorable au Pranayama. On peut terminer le Pranayama par une courte méditation.
  • La patience est reine. Pratiquer au moins 15 minutes par jour au début, régulièrement, pendant plusieurs jours consécutifs. Choisir un exercice pour votre pratique quotidienne et l’améliorer le au plus haut degré. Pratiquer régulièrement Bhastrika, Kapala Bhati et Anuloma Viloma.
  • Si un exercice paraît désagréable, analyser les raisons des ennuis qu’il cause au corps. Consulter son professeur et si nécessaire, pratiquer un autre Pranayama.
  • Augmenter progressivement la durée de Kumbaka. Première semaine : 4 secondes. Deuxième semaine : 8 secondes. Troisième semaine : 12 secondes, … jusqu’à ce que l’on soit capable de retenir le souffle au maximum de ses capacités respiratoires.
  • Décrisper le visage pendant les Kumbaka (rétentions): cela est signe de tensions mentales ou de dépassement de ses capacités.
  • S’arranger pour que l’IN, la RPP et l’EX soient toujours dans les limites de ses capacités. Ne jamais ressentir de suffocation ou de gêne, pendant tout le temps du Pranayama. On ne devrait jamais éprouver le besoin de reprendre quelques respirations normales entre deux cycles successifs. Ajuster convenablement la durée de l’IN, de la RPP, et de l’EX. Alors la pratique deviendra facile et portera ses fruits.
  • Ne pas prolonger outre mesure le temps d’EX. Si on le fait, l’IN suivante sera précipitée et son rythme perturbé. On doit donc maîtriser soigneusement les 3 phases : IN, RPP, EX de façon à ce qu’elles soient confortables pendant la totalité des cycles (et non seulement pendant 1 seul cycle). L’expérience et la pratique seront les guides.
  • Autre facteur importante : maîtriser les poumons à la fin de la rétention afin de pouvoir expirer doucement et dans la proportion de l’IN.
  • A la fin de la rétention, retirer le mental de tous les objets extérieurs. La pratique progressive enracinera le pratiquant dans le Raja Yoga.

 

Hygiène de vie en vue du Pranayama

  • Si l’on veut progresser sur la voie du Pranayama, éviter de trop manger et de trop dormir. Éviter les opposés aussi ! Éviter de veiller ou de trop jeûner.
  • Au déjeuner, ajouter un peu de beurre clarifié au riz lubrifie les intestins et facilite la descente du Prana.
  • Arrêter le Pranayama quand l’on est fatigué. On devrait se sentir heureux, revigoré et reposé après la pratique. Ne pas s’imposer des règles trop sévères et trop nombreuses. Mais le célibat, pendant une pratique très intensive est recommandé (abstinence).
  • L’irrégularité des rythmes de vie est un obstacle au yoga, de même qu’une nourriture malsaine et un travail mental excessif.
  • Asana et Pranayama améliorent la santé, accélèrent la digestion, donnent un mental stable (suppriment Rajas), et éveillent la Kundalini.
  • A chaque fois que l’on se sent mal à l’aise, déprimé ou découragé, pratiquer le Pranayama redonne vigueur, énergie et force.

Bien sûr ces conseils – très nombreux – d’une approche classique et indienne du yoga, peuvent surprendre. Néanmoins, il est intéressant d’en avoir connaissance, du moment qu’on les replace dans le contexte de la vie des Sadhu ou des ashramites à Rishikesh, sous la guidance d’un maître…

 

Bonne pratique!

Mandala de la Sagesse

 

Bibliographie: Texte original de Swami Sivananda, disponible gratuitement en ligne (en anglais), comme de nombreux autres livres, sur le site de la Divine Life Society: Ouvrage de Swami Sivananda en position 37 sur cette page:http://www.dlshq.org/download/download.htm.

 

Source: http://www.yogamrita.com/blog/2013/05/29/conseils-tires-de-science-du-pranayama-swami-sivananda/

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s