Cheveux

 

cheveux

En peignant vos cheveux plusieurs fois par jour, vous ne vous doutez pas que vous soignez le résultat de la bonne ou mauvaise marche de vos méridiens des reins et des poumons.
« Les Reins fleurissent dans les cheveux », dit la médecine chinoise d’une façon imagée : elle ajoute : « Racines aux reins, brindilles aux poumons ».

Ces deux phrases énigmatiques semblent stupides pour l’esprit occidental. En termes aussi simples que possible je vais essayer de vous en donner la clé.

Écoutez ceci : les ondes de vitalité du méridien des poumons donnent leur vie aux cheveux qui poussent vite et touffus si ses ondes sont puissantes, qui sont maigrelets et pauvres sir ses ondes n’ont pas de force.

Les poumons aspirent et expirent, ils sont dits <<être en contact avec le Ciel>>. Les reins le sont avec la Terre; ils donnent robustesse et vitalité. L’un (poumon) donne la vie aux cheveux, l’autre (rein) leur donne la force. Ceci est à l’image de la plante qui a ses feuilles et ses fleurs vers le Ciel (poumon), mais dont les racines sont dans la Terre (reins).

L’état des cheveux dévoile la puissance ou l’impuissance de reproduction et de génitalité.

Souvenez-vous de Samson qui pouvait écarter les deux piliers quand il les portait les cheveux longs et s’en montrait incapable si on les lui coupait. Ne dit-on pas : <<il a les reins solides>> en désignant un homme robuste ?

Les maladies des cheveux (chute, pellicules, cheveux secs ou gras) sont provoquées par un désordre dans les courants de vitalité provoqué par :

*la peur : << il a blanchi en une nuit >>. Un grand choc cause un trouble nerveux qui ébranle; la force s’épuise, les cheveux tombent.

*une trop grande réaction d’impuissance ou de désespérance par laquelle on <<s’arrache les cheveux>>;

*une surexcitation de caractère, surtout chez les femmes quand elles ont eu à << supporter soucis, peur, ou inquiétude >>; le désespoir intérieur bloque l’être qui n’arrive plus à changer d’état d’esprit car, pour un temps, il est allergique à la vie et aux êtres;

*un conflit entre le Moi et les autres dans la vie sociale, donne des pellicules et affaiblit le cheveux.

Si vos cheveux sont malades, ou vous quittent, si vous avez des pellicules, relisez ces quatre paragraphes, trouvez celui qui vous correspond, changez de cap dans vos pensées, oxygénez votre esprit; vous redonnerez la vie à vos cheveux.

Marguerite de Surany

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s